La compagnie

Dix ans de recherche autour de la verticalité

Depuis dix ans, la cie Rêve de Singe met à l’honneur un genre à part dans le spectacle vivant : la danse verticale. Une équipe artistique fidèle et différents collaborateurs suivent les projets de Fabien La Sala, grimpeur poète et directeur artistique.

La scénographie comme support d’une histoire en mouvement

Imprégnée des valeurs de l’escalade, la cie Rêve de Singe pense avant tout son travail par rapport aux possibilités de déplacements que révèle un décor. Les scénographies complexes imaginées par Fabien La Sala servent de points de départ au travail de création, qui se fait collectivement et au plateau pour faire émerger les ballets aériens. Les interprètes se déplacent sur un décor lui aussi soumis au mouvement ; tantôt improvisé pour une représentation sur-mesure, tantôt sujet à des évolutions en cours de spectacle, il est toujours l’occasion d’étudier les dynamiques du changement.

L’enfance : source inépuisable d’inspiration

Les créations de la compagnie sont destinées à un public famille. Les acrobaties des interprètes réjouissent les enfants tout en laissant transparaître les valeurs de tolérance et de bienveillance qui doivent présider aux relations interpersonnelles. Empreintes de poésie, les histoires racontées en musique par la compagnie questionnent aussi chez l’adulte le rapport entre ce qui était au commencement et ce qui vient ensuite, entre le naturel et le construit. L’exploration verticale permet d’adopter la naïveté propre au regard de l’enfant qui appréhende un nouveau terrain de jeu. En saisissant les limites d’une élévation en solitaire, le spectateur est invité à sonder l’infinité des opportunités qu’offre le collectif.
Le texte occupe une place importante dans le travail de la compagnie en tant qu’accompagnement du mouvement des interprètes. Pour la première fois, Fabien La Sala fait le choix d’adapter le texte de littérature jeunesse de Leo Lionni dans son prochain spectacle à destination des 3-6 ans, Petit-Bleu et Petit-Jaune.

Transmettre la passion de la hauteur

Depuis son origine, la cie Rêve de Singe s’associe aux acteurs du secteur culturel pour transmettre son expertise dans les domaines de l’escalade et du cirque. Les grimpeurs et danseurs professionnels ont la possibilité de participer à des laboratoires de recherche autour de la danse verticale ; le mur devient sol et la technique est mise au profit d’un mouvement artistique défiant la loi de la gravité. Outre les ateliers à destination des professionnels, les artistes de la compagnie proposent des stages de pratique artistique à dif­férents types de public.
La cie Rêve de Singe est membre de la Friche artistique Lamartine et artiste associé en résidence au Polaris de Corbas jusqu’en 2021.

 

Fabien La Sala, directeur artistique

Fabien La Sala commence très jeune l’escalade et se professionnalise en 1999 avec l’obtention d’un Brevet d’Etat lui permettant de transmettre sa passion. Il découvre le cirque grâce à la compagnie Virevolt avec laquelle il collabore sur trois spectacles :  Hors-Piste (2007), Banc public (2009) et Des Marches (2010)

Naît alors chez Fabien l’idée d’entremêler l’escalade et le cirque, deux disciplines où les prises de risques contrôlées donnent une impression de légèreté. Il crée en 2010 la cie Rêve de Singe pour laisser libre cours à sa recherche autour du mouvement vertical chorégraphié. En collaboration avec une équipe artistique solide, il écrit son premier spectacle Doggy Blues, duo entre un maître et son chien.

Les créations se multiplient : Vertigo (2012), Auprès de mon arbre (2016) et Les Pieds dans les poches (2019). Il pense la scénographie et en fait le point de départ de ses spectacles. Pour ce qui est de la mise en scène, Fabien s’est entouré de différents collaborateurs dont Aurélie La Sala – Cie Virevolt et Johan Lescop. Il aborde dans ses spectacles des thématiques qui résonnent toujours avec les réalités de notre temps, c’est pourquoi il a fait porter son intérêt successivement sur la capacité des hommes et des femmes de se réinventer en fonction de leur habitat, sur leur faculté de compréhension et d’adaptation aux changements de la nature mais aussi sur l’imaginaire. Dans son parcours, la naïveté juvénile reste une inspiration constante. Appliquée aux mouvements, elle permet d’explorer les rapports entre les individus en jouant sur la palette de leur émotions : la confiance, l’excitation, l’appréhension, la complicité, la surprise…

Sa prochaine création, Petit-Bleu et Petit-Jaune, n’échappe pas à cette règle ; l’œuvre littéraire originale de l’auteur Leo Lionni traite avant tout d’amour et d’acceptation, nécessités absolues par les temps qui courent. Il s’agit cependant pour Fabien de relever un nouveau défi artistique : adapter pour la première fois un texte littéraire. Ce spectacle s’adressera spécifiquement au très jeune public.

La compagnie est membre de la friche artistique Lamartine de Lyon et artiste associé en résidence au Polaris de Corbas jusqu’en 2021.

Artistes

  • Julien Amiot : Artiste de cirque
  • Yacha Berdah : Musicien
  • Alice Bounmy : Comédienne, danseuse, chorégraphe
  • Jonathan Gagneux : Artiste de cirque
  • Aurélie La Sala / cie Virevolt : Mise en scène
  • Myriam Laurencin : Artiste de cirque
  • Johan Lescop : Mise en scène
  • Julie Loyot : Artiste de cirque, danseuse
  • Chloé Mazet : Artiste de cirque
  • Greg Monin : Artiste de cirque
  • Lolita Morales : Artiste de cirque
  • Cécilia Nguyen Van Long : Danseuse
  • Alizee Oudart : Artiste de cirque, danseuse
  • Matthieu Pratz : Artiste de cirque
  • Marie Martine Robles : Artiste de cirque, danseuse
  • Clara Serafini : Danseuse

Techniciens

  • Adélie Antonin : Costumière
  • Greg Blain : Régisseur plateau
  • Ludovic Charrasse : Eclairagiste
  • Lorraine Jung : Costumière
  • Vincent Lambinet : Création musiques et régisseur son
  • Guillaume Lorchat : Régisseur général