Les actions artistiques et pédagogiques

La compagnie Rêve de Singe forge son identité artistique autour du tandem original du cirque et de l’escalade. Elle explore la relation à l’espace vertical comme nouvel espace de jeu. L’escalade s’affranchit de son côté sportif pour laisser la place à un mouvement plus naturel et artistique accessible à tous. Le mur qui devient sol, ouvre des possibilités qui défient les lois de la gravité. Tout devient surface à grimper (façade, mur d’escalade, objet du quotidien, arbre…) et tout le monde peut devenir grimpeur, danseur et voltigeur peu importe la hauteur et l’expérience.

L’art ouvre les portes de l’imaginaire, permet de questionner son rapport à soi et à l’autre et les techniques circassiennes offrent un cadre propice à la création, tant dans sa pluridisciplinarité que dans son rapport ludique au corps. Dans son approche pédagogique, la compagnie met l’accent autant sur la technique que sur l’expression artistique. Le travail technique s’articule autour du mouvement, du langage par le corps qui nécessite un soin tout particulier dans la relation à l’autre et à soi, la confiance. L’expression artistique à travers les arts du cirque, permet dans sa définition d’entrer dans le spectaculaire et relève du domaine de l’exploit physique. La prise de risque doit être abordée en toute conscience et place l’écoute et la présence à l’autre dans une haute exigence.

La transmission est une valeur importante dans tous les domaine artistiques. C’est au travers de ses actions pédagogiques que la compagnie travaille sur cette dimension de transmission, non seulement en plaçant l’élève dans une position de spectateur mais aussi en l’invitant à se donner en spectacle.  Les espaces d’échange et de travail sont créés autour de différents temps. Le spectacle, la rencontre avec les artistes professionnels, l’apprentissage technique et artistique, pour terminer avec une représentation devant un public.

L’objectif étant de découvrir tout le processus artistique de création. Le temps de la représentation est un moment de valorisation du travail des élèves et un des aspects pédagogiques défendu par la compagnie.

LES DIFFERENTS TYPES D’INTERVENTION

DISCUSSIONS ET ECHANGES

Dans le cadre de la diffusion des spectacles de la compagnie, un temps de rencontre avec le public peut être mis en place à l’issue de la représentation. Ce moment d’échange est l’occasion pour les artistes de la compagnie d’expliquer la démarche artistique de celle-ci, le processus de création du spectacle, le métier d’artiste de cirque…

LES ATELIERS– la sensibilisation par la pratique

Les ateliers s’inscrivent dans une démarche d’initiation et sont adaptés en fonction des participants, de leur niveau et de leur capacité, mais ils restent ludiques, constructifs et fédérateurs. Ils offrent un aperçu des arts du cirque, donnent des clés de compréhension de son corps, de son rapport à l’autre dans un groupe et valorisent le potentiel artistique de chacun en faisant prendre conscience de sa singularité, afin d’aider à construire son propre langage artistique. 

Enfin, ils sont l’occasion d’expérimenter le processus de création avec la mise en place de présentation de petites formes en fin de parcours. Le contenu et les modalités des ateliers sont à construire ensemble, en fonction du type de public et des attentes de l’interlocuteur.

Publics visés : scolaires de la maternelle au lycée, parents-enfants, adultes, publics dits « empêchés »

• Ateliers d’initiation aux arts du cirque

C’est le type d’atelier le plus courant à destination du public scolaire. Les disciplines abordées vont de l’acrobatie à la jonglerie. L’accent est mis principalement sur l’apprentissage d’outils techniques afin de pouvoir les placer dans une recherche autour d’une forme artistique. La démarche pédagogique de la compagnie est de sensibiliser les publics à la création artistique et au travail de recherche en vue de se représenter devant un public. La représentation étant une étape centrale dans le parcours de l’artiste. Cette sensibilisation passe aussi par tout ce à quoi un artiste professionnel se retrouve confronté dans son travail (acquisition technique, recherche créative, mise en scène, choix artistiques etc.)

Généralement, nous préconisons 8 à 10 séances afin de mettre en place une approche complète.

• Ateliers de portés acrobatiques (débutants à avancés)

Les ateliers abordent cette thématique en passant par différentes étapes. Un premier temps est consacré au travail des bases techniques, appuis au sol, travail de déplacements précis dans différentes directions (souvent avec des métaphores animales qui aide les plus petits à se représenter par des images). L’écoute et la sensation sont au cœur du travail autant pour un public débutant que pour un public déjà avancé sur la thématique technique. Dans un second temps le travail s’axe sur la recherche en duo, du contact et de la relation à l’autre à travers le jeu et des formes acrobatiques plus complexes, allant jusqu’au « main à main ».  

Ces ateliers sont aussi des moyens de passer par la recherche créative pour amener à la forme de présentation artistique devant un public. L’élève goute ainsi à plusieurs facettes du métier, l’apprenant, le technicien, le chercheur et enfin l’artiste.

CIRQUE ET FORMATION

Spécialiste de la verticalité, la Cie Rêve de Singe a à cœur de transmettre sa discipline aux élèves en formation cirque. Ces parcours plus intensifs s’inscrivent dans une démarche plus continue. C’est là aussi l’occasion d’expérimenter le processus de création avec de petites formes à l’issue du parcours. La compagnie peut également proposer des ateliers spécifiques : «portés» pour un public de danseurs, des ateliers croisés danse-cirque…

STAGES DE DANSE ESCALADE

La compagnie propose ponctuellement des stages de danse verticale. Les stages sont encadrés par deux intervenants circassiens, grimpeurs et danseurs et permettent de découvrir la danse-voltige et l’escalade chorégraphiée. Ils sont ouverts à tous, grimpeurs et danseurs débutants ou confirmés. 

La forme du stage est intéressante car l’exploration est concentrée sur plusieurs jours consécutifs. La transmission technique et la recherche peuvent être creusées plus profondément. Plusieurs étapes se dessinent dans le but de construire une forme artistique à la fin du processus. But qui ne peut être envisagé qu’en passant par les étapes de travail nécessaires à sa réalisation, à savoir :

• L’échauffement mise en route indispensable à travers de laquelle on aborde le schéma corporel, le squelette, les chaînes musculaires…

• Le corps en mouvement : déplacements dansés, relation au sol par les appuis, lignes chorégraphiques

• L’escalade (sur support naturel ou SAE) : exercices de préhension, suspension, recherche autour de cette nouvelle forme de déplacement, intégrer dans la gestuelle l’intention du déplacement, recherche autour de la qualité et de la précision du mouvement, exercices pouvant être réalisés avec un accompagnement musical qui favorise la recherche autour du rythme

• Danse-voltige : cette étape là nécessite un apprentissage technique plus pointu autour du travail de corde et des manipulations de sécurité basiques. De même les postures, positions suspendues abordées seront techniquement plus poussées (planche, assis, renversé…) et le contact avec la paroi (appui, repoussé…). Les élèves peuvent travailler sur une écriture chorégraphiée fixe puis balancée

• Portés de cirque : apprentissage de portés de cirque tels que les contre-poids, les colonnes, les portés en collectifs, afin d’enrichir la recherche et pouvoir transposer la matière du sol au mur

• Construction d’une forme artistique : dernière étape du stage, apprendre à créer une forme de présentation publique. Se mettre dans la peau de l’artiste, en allant de la création à la représentation en passant par la répétition.

Nous sommes notamment intervenus auprès de : 

L’école de cirque de Lyon ; l’école de cirque de St Priest ; les classes de seconde « Bac cirque » du lycée Robert Doisneau de Vaulx-en-Velin, en partenariat avec l’école de cirque de Lyon ; les écoles maternelles et primaires des communes de St Maurice l’Exil, Salaise-sur Sanne et Péage de Roussillon, en partenariat avec Travail & Culture de St Maurice l’Exil (38) ; les CAPAC cirque (Classe d’Accompagnement Personnalisé d’Acquisition des Compétences) des écoles Jean Macé, Pablo Picasso et du collège Théodore Monod de Bron, en partenariat avec Pôle en Scènes ; le PTEAC cirque (Pôles Territoriaux d’Education Artistique et Culturelle) du lycée Tony Garnier de Bron en partenariat avec Pôle en Scènes ; les collégiens et lycéens de l’agglomération lyonnaise dans le cadre de la journée de rencontre cirque et danse, en partenariat avec la DAAC, Pôle en Scènes et la Maison de la Danse, les écoles de la communauté de communes des Balcons du Dauphiné, en partenariat avec la communauté de communes…